Initiales
une histoire sans parole 

 création 2019 

Après deux créations mêlant amateurs et professionnels en formation, la compagnie se lance dans sa première création professionnelle, pour 10 chanteurs-danseurs, intitulée Initiales.

Elle continuera à défendre une large transmission du processus de création artistique, en proposant un spectacle participatif à deux niveaux : sur chaque territoire où le spectacle sera donné, un groupe d’amateurs formé par la compagnie sera inclus dans la création, tandis que certains passages solliciteront le public entier, proposant ainsi une très large palette de textures sonores.

Tout en poursuivant ses recherches à la croisée de la danse contemporaine et de la polyphonie a cappella, l’écriture de la compagnie se déplacera à la lisière du conte : le spectacle Initiales met en scène la quête initiatique d’un personnage au sein un groupe qui sera, tour à tour, une aide ou une contrainte, un potentiel de rencontres ou un risque d’uniformisation.
« Tiens-toi droit », « Parle moins fort », « Arrête de bouger », « Tu chantes faux »… Comment le chant et la danse, moyens d’expression dont chacun dispose, peuvent-ils aider l’individu à grandir et à trouver son identité dans ce labyrinthe ? À rencontrer l’altérité et le collectif, sans perdre sa singularité et l’envie de l’exprimer?

Le spectacle s’adressera ainsi autant au tout public qu’au jeune public, en proposant deux versions de durées adaptées :
Version tout-public : 1h
Version jeune public : 35 minutes

une création musicale

Mêlant compositions, adaptations et transcriptions, Jeanne Dambreville compose une suite polyphonique a cappella, explorant une multiplicité de textures, inspirées des musiques répétitives de tous horizons ; cet univers permet une réelle perméabilité entre les cultures savantes (minimalistes des États-Unis et d’Europe du Nord) et populaires (électro, funk, musiques traditionnelles).
Elle adapte l’écriture au fur et à mesure de la création du spectacle, en lien organique avec les espaces et les états corporels traversés au cours de la recherche chorégraphique, eux-mêmes s’adaptant aux élans et atmosphères de la matière musicale, dans un dialogue perpétuel.
Les voix tissent ainsi une suite a cappella continue, où la narration se passe de mots, proposant ainsi une histoire sans parole.

Une création chorégraphique

L’écriture chorégraphique questionne les interactions au sein d’un groupe, leurs richesses, leurs dérives. Face au collectif qui soutient ou contraint, uniformise ou révèle, quelle résistance ou quelle acceptation doit-on mettre en œuvre pour ne pas se perdre ?
C’est à la croisée d’autres états contraires que la danse du chanteur-danseur se nourrit intensément des contraintes liées au chant. Ainsi, le souffle, au cœur de la voix et du mouvement, oscille en permanence entre projection et retenue, tandis que la résonnance de la voix pose en permanence la question de l’adresse du regard, intérieur ou extérieur, large ou dirigé.
Le mouvement dialogue avec les espaces intérieurs accueillant et amplifiant les vibrations vocales ; espaces que l’on pourrait croire invisibles, jusqu’à ce qu’ils révèlent les liens qu’ils entretiennent avec la présence du corps entier.

Un spectacle participatif

Le spectacle traverse des textures sonores et spatiales allant du silence jusqu’à la résonance des voix et gestes du public entier.
À une matière initiale créée par les 10 chanteurs-danseurs,
répond un groupe constitué (enfants et/ou adultes) ayant participé à un projet d’éducation artistique mené par la compagnie, piloté par la structure programmant le spectacle.
Élargissant encore la palette, les spectateurs sont amenés à plusieurs reprises à participer, amenant une nouvelle dimension, un nouvel espace sonore ; la communication naît pendant le spectacle, sans un mot, par le biais des attitudes, gestes et voix des artistes. Elle peut être préparée lors d’un atelier de découverte précédant le spectacle.