Je vous aime
Spectacle ou rencontre 

 création 2020 

 

« Longtemps j’ai pensé que le rôle de l’art était de secouer le public. Aujourd’hui, je veux lui offrir sur scène ce que le monde devenu trop dur ne lui donne plus : des moments d’amour pur. » Pina Bausch

Les sept interprètes se mêlent aux spectateurs, déambulent parmi eux, chantent au creux de leurs oreilles, les regardent droit dans les yeux, dansent dans leurs espaces… Je vous aime, c’est une déclaration d’amour au public !
C’est aussi une invitation : chacun sera bienvenu et accompagné pour participer à la fête, laisser émerger un son, une mélodie, un geste, une danse.
De Monteverdi à Stromae, de Camille à Paul Éluard, nous nous mettons en quête d’un amour qui cherche à écouter et à comprendre, à apprivoiser et à consoler, à soutenir et à inspirer…

Car Je vous aime, c’est avant tout l’envie de saisir chaque opportunité de se relier à l’autre, même pour un court instant (où résonnera peut-être un soupçon d’éternité)…
Chanter, danser, être ensemble, sont autant de ressources infinies, pour amortir nos coups durs comme pour célébrer nos joies ; autant de réserves d’énergie pour trouver la force de continuer à chercher et à défendre l’essentiel. Partageons-les encore et encore !

Tout public à partir de 7 ans.

Durée : 1 heure.
Version courte : 30 minutes

Atelier « découverte » ouvert à tous : 1h30 (la veille ou le jour de la représentation)
Possibilité d’atelier de préparation développé sur plusieurs séances : voir transmissionTout public.

Le spectacle est conçu pour pouvoir être donné dans des lieux non spécifiquement équipés, pour aller à la rencontre du plus grand nombre : théâtre avec gradin escamotable, grande salle type « salle des fêtes », cour intérieure, église si les chaises sont mobiles, grande salle dans établissement scolaire ou hospitalier…

un spectacle immersif et participatif

Le spectacle se déroule autour et au milieu du public : les spectateurs et les interprètes sont réunis dans un espace commun où sont disposées des chaises en cercles concentriques, laissant de nombreuses voies de circulation.
Si, au début du spectacle, les interprètes circulent entre les spectateurs assis, ce n’est que pour mieux inviter le public à les rejoindre progressivement…
Les liens se tissent en douceur, et l’envie naît de laisser émerger un geste, un son… de chuchoter, osciller, fredonner, soutenir un regard, tendre une main… et finalement de danser et chanter à pleins poumons !

UNE LIBERTÉ MUSICALE

S’il y a une émotion que les poètes et les musiciens ont explorée sous toutes ses facettes et de tous temps, c’est bien l’amour… C’est ainsi qu’une immense liberté nous est offerte pour mêler les répertoires, et proposer à chacun, quel que soit son patrimoine sonore, de voyager entre réminiscences et découvertes.
À nouveau, des rencontres : entre le fado et la soul, entre l’opéra et la chanson à texte, entre la musique contemporaine et l’électro, entre les époques, entre les continents…
Rencontres évidentes ou surprenantes, mais toujours au service d’un seul propos : une déclaration d’amour à l’humain, un amour aussi sincère que complexe, qui cherche à écouter et à comprendre, à apprivoiser et à consoler, à soutenir et à inspirer.

Si je te parle c’est pour mieux t’entendre
Si je t’entends je suis sûr de te comprendre
Si tu souris c’est pour mieux m’envahir
Si tu souris je vois le monde entier
Paul Éluard

UNE POLYPHONIE DANSÉE 

« Le mouvement est le chant du corps. »
Vanda Scaravelli

À l’origine de la compagnie Répète un peu pour voir, il y a cette évidence, cette envie de s’exprimer avec le corps entier, d’accorder nos voix et nos mouvements, nos oreilles et nos espaces. Le sens naît autant du texte que du son, du regard que du contact, d’une suspension que d’un silence…
Je vous aime renouvelle cette recherche en déplaçant l’espace scénique au cœur du public. Les voix et les gestes des artistes traversent l’espace des spectateurs, ouvrant un nouveau domaine de recherche, tenant compte des contraintes spécifiques d’acoustique et de visibilité.
Il s’agit alors de transformer cette proximité en complicité, et de susciter l’envie chez chacun d’expérimenter ce lien, cette résonance particulière que la danse apporte à la voix, cette expressivité supplémentaire que la voix apporte à la danse.